Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La boite à malice de Lajemy

Ici tu trouveras ma philosophie de vie, mes passions, ma vie, mon évolution et si tout ce fatra peut un tant soit peu t'inspirer c'est tout bon !

L'inspiration du jour : changer le monde ? oui on peut

Publié le 11 Juillet 2017 par ☼♥ Lajemy ♥♪

L'inspiration du jour : changer le monde ? oui on peut

Comme il écrit beaucoup mieux que moi, aujourd'hui je te livre l'un des textes de Bernard Weber qui me parle le plus en ce moment, parce que tu vois j'ai compris il y a quelques temps que pour changer le monde finalement il fallait d'abord changer son propre monde intérieur, libérer couche après couche tout ce qui t'éloigne de ton être véritable (tu sais bien ce truc tout au fond de toi qui est toujours joyeux, paisible et satisfait). ça demande du courage (coeur age), de l'intégrité aussi (pour te voir tel que tu es sans fard) et de la persévérance parce qu'à chaque couche que tu enlèves une nouvelle apparait à dépasser, encore et encore pour un jour aboutir à l'essentiel (l'essence ciel) et enfin pouvoir libérer ta magie (la magie c'est l'âme qui agit).

Puis il y a autre chose d'important que tu dois savoir, c'est que pour réussir cette grande entreprise, c'est d'abord à nous les femmes de renouer avec les sagesses anciennes des prêtresses, des socières, des magiciennes, des chamanes, des alchimistes et autres faiseuses de magie, ainsi peut être arriveront nous à le changer ce monde pour mieux y vivre.

Allez je te laisse déguster ce qui suit 

Bisouilles

Le texte qui suit est extrait du Livre du voyage, écrit par Bernard Werber (rendu célèbre par Les Fourmis). Ce qu’il nous explique est très juste et résonne particulièrement à nos oreilles. Très inspirant :

« Il est cubique, titanesque, froid.
Il est doté de chenilles qui écrasent tout.
C’est le système social dans lequel tu es inséré.
Sur ses tours tu reconnais plusieurs têtes. Il y a celles
de tes professeurs,
de tes chefs hiérarchiques,
des policiers,
des militaires,
des prêtres,
des politiciens,
des fonctionnaires,
des médecins,
qui sont censés toujours te dire si tu as agi bien ou mal.
Et le comportement que tu dois adopter pour rester dans le troupeau.

C’est le Système.

Contre lui ton épée ne peut rien.
Quand tu le frappes, le Système te bombarde de feuilles :
carnets de notes,
P.V.,
formulaires de Sécurité sociale à compléter si tu veux être remboursé,
feuilles d’impôts majorés pour cause de retard de paiement,
formulaires de licenciement,
déclarations de fin de droit au chômage,
quittances de loyer, charges locatives, électricité, téléphone, eau, impôts locaux, impôts fonciers, redevance, avis de saisie d’huissier, menace de fichage à la Banque de France, convocations pour éclaircir ta situation familiale, réclamations de fiche d’état civil datée de moins de deux mois…

Le Système est trop grand, trop lourd, trop ancien, trop complexe.

Derrière lui, tous les assujettis au Système avancent, enchaînés.
Ils remplissent hâtivement au stylo des formulaires.
Certains sont affolés car la date limite est dépassée.
D’autres paniquent car il leur manque un papier officiel.
Certains essaient, quand c’est trop inconfortable, de se dégager un peu le cou.

Le Système approche.

Il tend vers toi un collier de fer qui va te relier à la chaîne de tous ceux qui sont déjà ses prisonniers.
Il avance en sachant que tout va se passer automatiquement et que tu n’as aucun choix ni aucun moyen de l’éviter.

Tu me demandes que faire.
Je te réponds que, contre le Système, il faut faire la révolution.

La quoi ?
LA RÉVOLUTION.

Tu noues alors un turban rouge sur ton front, tu saisis le premier drapeau qui traîne et tu le brandis en criant :
« Mort au Système. »
Je crains que tu ne te trompes.
En agissant ainsi, non seulement tu n’as aucune chance de gagner, mais tu renforces le Système.
Regarde, il vient de resserrer les colliers d’un cran en prétextant que c’est pour se défendre contre « ta » révolution.
Les enchaînés ne te remercient pas.

Avant, ils avaient encore un petit espoir d’élargir le métal en le tordant.
À cause de toi, c’est encore plus difficile.
Désormais, tu as non seulement le Système contre toi, mais tous les enchaînés.
Et ce drapeau que tu brandis, est-il vraiment le « tien » ?

Désolé, j’aurais dû t’avertir.
Le Système se nourrit de l’énergie de ses adversaires.
Parfois il fabrique leurs drapeaux, puis les leur tend.

Tu t’es fait piéger !
Ne t’inquiète pas : tu n’es pas le premier.

Alors, que faire, se soumettre?
Non.

Tu es ici pour apprendre à vaincre et non pour te résigner.
Contre le Système il va donc te falloir inventer une autre forme de révolution.
Je te propose de mettre entre parenthèses une lettre.
Au lieu de faire la révolution des autres, fais ta (r)évolution personnelle.
Plutôt que de vouloir que les autres soient parfaits, évolue toi-même.
Cherche, explore, invente.
Les inventeurs, voilà les vrais rebelles !

Ton cerveau est le seul territoire à conquérir.
Pose ton épée.
Renonce à tout esprit de violence, de vengeance ou d’envie.
Au lieu de détruire ce colosse ambulant sur lequel tout le monde s’est déjà cassé les dents, ramasse un peu de terre et bâtis ton propre édifice dans ton coin.
Invente. Crée. Propose autre chose.
Même si ça ne ressemble au début qu’à un château de sable, c’est la meilleure manière de t’attaquer à cet adversaire.
Sois ambitieux.
Essaie de faire que ton propre système soit meilleur que le Système en place.
Automatiquement le système ancien sera dépassé.

C’est parce que personne ne propose autre chose d’intéressant que le Système écrase les gens.
De nos jours, il y a d’un côté les forces de l’immobilisme qui veulent la continuité, et de l’autre, les forces de la réaction qui, par nostalgie du passé, te proposent de lutter contre l’immobilisme en revenant à des systèmes archaïques.
Méfie-toi de ces deux impasses.

Il existe forcément une troisième voie qui consiste à aller de l’avant.
Invente-la.
Ne t’attaque pas au Système, démode-le !

Allez, construis vite.
Appelle ton symbole et introduis-le dans ton château de sable.
Mets-y tout ce que tu es : tes couleurs, tes musiques, les images de tes rêves.

Regarde.
Non seulement le Système commence à se lézarder.
Mais c’est lui qui vient examiner ton travail.
Le Système t’encourage à continuer.
C’est ça qui est incroyable.
Le Système n’est pas « méchant », il est dépassé.
Le Système est conscient de sa propre vétusté.
Et il attendait depuis longtemps que quelqu’un comme toi ait le courage de proposer autre chose.
Les enchaînés commencent à discuter entre eux.
Ils se disent qu’ils peuvent faire de même.

Soutiens-les.
Plus il y aura de créations originales, plus le Système ancien devra renoncer à ses prérogatives. »

Commenter cet article

jill bill 11/07/2017 12:33

Dans le fond chaque individu doit d'abord changer ses mentalités... là c'est pas gagné, 7 milliards d'hommes sur terre, ensuite, ah le Système, métro boulot, patron/ouvrier, la société productive, évolution passe par révolution, merci monsieur Weber... ,-)

☼♥ Lajemy ♥♪ 11/07/2017 13:59

Encore une fois Jill on est bien d'accord, le changement de ce monde passe d'abord par une profonde remise en question intérieure et peu sont enclains à se regarder si profondément parce non c'est pas facile, je confirme. j'y crois quand même ;)