Quand le cheval a peur : V de Saint Vaulry

Publié le par Lajemy



Malgré 4 ans de jeux Parelli, de jeux à l'aide de la méthode mise au point par La Cense, la Poupoute restait une jument extrêment peureuse et il m'était impossible de la sortir de la maison seule, à pied ou sous la selle. Elle était prise de peurs paniques, qui me mettaient dans un état de stress peur épouvantable, résultat le mieux était de faire demi tour !

J'ai donc commencé à m'interroger sur d'autres points de vue, notamment celui de Véronique de Saint Vaulry, dont je vous ai déjà parlé en ce qui concerne la communication et à l'aide de ses livres, j'ai commencé à travailler sur la peur du cheval.

Contrairement aux méthodes américaines, on prend en compte de la peur du cheval dans ses réactions, l'usage de la voix est très important et la liberté d'encolure vitale !

Tout en continuant les jeux à pieds, j'ai commencé à sortir la poupoute toute seule et attentive au moindre signe d'alerte j'arrêtais de solliciter, je relachais toutes mes aides et je restais là a attendre un signe de relachement ou je revenais en arrière si la situation était critique.

Les signes d'alerte : tête pointée, oreilles en avant et fixes, encolure haute et fixe.
Les signes de relachement : l'encolure s'abaisse, le cheval flaire ce qui lui fait peur, les oreilles redeviennent mobiles.

Bien sûr j'aurais pu recourir à un enrênement plus fort, mettre des éperons et "forcer" la jument à passer mais ça aurait été remettre de la vapeur dans la cocotte minute et courir le risque de la voir un jour se jetter dans les barbelés (comme elle l'a déjà fait) avec moi sur son dos. Non non non j'aime l'équitation mais risquer ma vie inutilement non merci. Eh oui, nombre de ruades, d'écarts, de sauts de mouton et autres acrobaties ne sont dues qu'à la peur, dont mère nature a doté le cheval, c'est son lot quotidien et au lieu de le punir pour ces manifestations, en l'aidant à désarmorcer les mécanismes de la frayeur, nous le rendons confiant et bienveillant.

Aussi, j'ai travaillé avec elle durant plusieurs semaines, le but l'amener à passer dans le calme, au pas rênes longues dans un petit chemin bordé de haies (pour une claustophobe rien de pire), précédé d'un virage à 90° très inquiétant puisqu'on ne voit pas ce qu'il y a derrière. J'ai passé parfois jusqu'à 20 minutes dans ce fameux virage à ne surtout rien faire, rênes longues, en attendant un infime signe de relaxation, puis un jour ma patience a payé, le virage, le chemin, rênes longues, à cru, une jument encolure basse, marchant tranquillement au pas, vous n'imaginez pas ma joie, mon sentiment d'un travail bien accompli tout en ayant respecté mon cheval en prenant en compte ses peurs, imaginaires ou non.

Tout ceci j'ai pu le réaliser grâce en partie à ce livre : quand le cheval a peur  et à son auteur Véronique de Saint Vaulry.


 

Publié dans equitation naturelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B


Je viens de le commander !



Répondre


c'est vraiment un bon support pour travailler sur la peur des chevaux et des cavaliers !



A
Le cheval que je monte régulièrement depuis plusieurs années est un lusituanien très intelligent et qui a connu à coup sûr un débourrage violent. Au début tout lui faisait peur. Un jour en forêt, il a eu peur à cause d'une fleur bleue (mais si, je n'ai jamais su pourquoi mais les fleurs bleues sont sa hantise !). On était au trot dans un sens et brusquement, on s'est retrouvé au galop, mais dans l'autre sens. Ces chevaux, cela tourne sur une pièce de monnaie, ça a été sélectionné pour ça !
Avec lui, sortir la cravache c'est tirer son linceul.
Bref, j'ai utilisé la méthode de V. de Saint-Vaulry et cela lui a fait faire des progrès spectaculaires. Aujourd'hui, je peux partir en promenade seule sans problème majeur. L'énorme avantage, c'est que chaque victoire rend la victoire d'après plus facile et j'ai le sentiment qu'aujourd'hui, quand il a réussi à passer une difficulté, il est tout fier de lui. Cette méthode marche d'autant mieux qu'on a affaire à un cheval futé.
Par contre, mettre pied à terre n'est pas toujours la solution. Ce cheval par exemple associe clairement pied à terre et super rouste (même si cela fait 5 ans que cela ne lui est plus arrivé, les souvenirs restent). Alors, si on met pied à terre, il tire au renard et retour à l'écurie.
J'ai remarqué aussi que le fait d'avoir une respiration calme aide le cheval à se calmer et à faire confiance.
Répondre
L

ah super je vois que j'ai une passionnée avec qui "papoter" hihihi elle a vraiment tout compris sur la peur du cheval VdV et c'est vrai qu'en suivant sa "méthode" le cheval prend confiance et nous
aussi par la même occasion ! Je respire aussi beaucoup plus calmement maintenant à cheval et je fais toujours attention à me relaxer au maximum, surtout dans les endroits difficiles où on a
tendance justement à se crisper !
ralalala je crois que ça va papoter sec ici hihihi
en tous cas bravo pour ta persévérance car ce n'est pas évident avec des chevaux aussi sensibles et au passé délicat....


M
La derniére grosse frayeur de Pi, c'est avec Chris et newton, qd une cariolle est arrivée par derriére sans que NOUS nous l'entendions, ma patate a eu trés peur et m'a embarqué dans une descente, ammenant avec lui Newton et sa cavaliére!!!! J'ai eu peur, pas pour moi mais pour ma keupine, heureusement nous avons eu le reflexe de les séparer en prenant des routes différentes...Cette frayeur aurait pû être éviter, moi qui suis d'habitude toujours attentive à l'environnement, je me suis laissée bercé par le clapotement des sabots, sous un soleil descedant a papoter avec Chris... Il aurait fallu , m'arrêter, et tourner la tête de ma patate qu'il voit la caléche arriver...Et il ne faut pas préjuger des capacités de son dadou, le mien à 4 ans est a besoin d'apprendre ce genre de situation...Mais il reste incroyablement froid dans de nombreuses situations, et je le travaille beaucoup a pied, (enfin là ca flotte depuis 7 jours...)biz
Répondre
L

oui j'ai lu votre mésaventure ! mais je crois que vos chevaux sont assez "cool" et ne s'effraient pas facilement heureusement ! oui si tu avais tourné la tête de ton gros il aurait vu et n'aurait
pas eu la peur de sa vie ! je sais que c'est aussi à nous d'être attentifs, surtout en extérieur. Dans le cas dont je parle, la jument n'a pas de peur précise, c'est une panique qui la prend
(tension extrême, transpiration, et foulées complètement désunies, elle serait capable de se jeter dans un fossé ou autre sans s'en rendre compte !)dès qu'elle est seule hors de son environnement
habituel (même malgré le travail à pieds), il n'y a pas forcément un objet ou un bruit qui provoque ça, c'est la situation, d'où la difficulté pour moi !
bisous bisous


D
Quel bonheur lorsqu'on arrive enfin à un résultat positif...bonheur surment partagé.
Tout est histoire de confiance, et aprés, petit à petit, ça roule...bisous
Répondre
L

oh oui !!!! une fois la confiance installée tout va mieux ! bisous bisous


S
je n'est pas pu lire de livre de veronique de st vaulty , mais je vais surement le faire , en ce qui concerne la peur avec Newton c'est trés contrasté, il passe partout pi du jour au lendemain hop arret net devant un arbre qui à été coupé j'ai tendance à beaucoup lui parler dans ses moments là....je le laisse renifler...pas de brusqueries.en général ça suffit par contre je refuse le demi tour car en accepter un c'est en accepter dix ( à mon avis )si vraiment il fait un blocage je descend de selle et je me met entre son " danger " et lui ça marche bien aussi.....comme d'habitude je fais tout à l'instinct...j'essaye juste de comprendre sa peur et de voir comment je réagirais à sa place..n'empeche que peperre doit me faire confiance car on à déja fait des randos trés mouvementées ( traversée de rivieres, rond point sur nationale, train qui fait du bruit, un veau qui déboule sous une cloture !! ... ) et il à toujours bien réagit
Répondre
L

c'est donc que tu as trouvé la bonne solution pour lui ! bravo car à l'instinct comme ça c'est pas toujours évident ! Tu peux le faire passer 100 fois au même endroit, il ne réagira jamais pareil,
ils sont comme nous, ne se lèvent pas toujours de la même humeur....mais tu réagis exactement comme il faut donc il sait qu'il peut te faire confiance !
bisous bisous et ne changes rien si ça fonctionne bien !